Aller au contenu












7 Février : 2 Histoires pour le prix d'une


  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
4 réponses à ce sujet

#1 Posté 14 February 2018 - 04:37 PM Par NekoChadow

  • NekoChadow
  • Joueur
  • 8 messages
Lassitude.... c'est le sentiment qui m'habite tandis que je tapais quelques lignes de code pour un essai d'IA basique sur mon ordinateur portable avec mes écouteurs dans les oreilles. Je pensais qu'en entrant dans cette académie j'allais trouver une nouvelle motivation , que j'allais enfin réussir à avancer mais au final me voilà replonger dans le milieu scolaire que je hais tant, je dois cependant avoué que nos professeurs sont quelques peut excentrique, en général on à un ou deux professeurs excentrique quelques soit l'établissement ou les études qu'on fais mais là c'est notre équipe entière qui est constituée de ces spécimens uniques et franchement je ne pense pas que des profs se contentant de lire leurs notes à voix haute et de les recopier sur le tableau soit qualifier pour éduquer les cas particuliers de cette Académie.
Mais le réel problème reste les élèves, nous sommes 400, et même si ce nombre est très bas par apports aux moyens qui ont été mis dans la construction de cette académie il reste assez grand pour que des connards formater à dénigrer tous ce qu'ils ne comprennent pas constitue la majorité des élèves et comme si sa suffisait pas notre statut « d'élites » du duel de monstres les a rendus orgueilleux, je compte bien les tourmentés un par un
Vladimir n'était qu'un début et je pense que certains d'entre eux l'on comprit après tous très peut savent ce que Aschérit ma dis à la soirée à propos des dortoirs et je compte bien l'utiliser à mon avantage après tous un rouge n'étant pas dans le haut du classement se battant à armes égales avec un bleu n'est pas un événement qui passe inaperçus, mais si je veus continuer à gagner il faut que je change mon deck cyber n'a pas changer depuis 5 ans.
« Ce qui n'évolue pas est destiner à périr »
Je ne peut pas me permettre de stagner et mon deck non plus je sortis mon deck et commença à l'étaler sur le clavier de mon ordinateur mon Extra Deck
Image IPB
J'étais sur le point de passer à mon deck car je n'ai pas à le modifier d'une quelconque manière mais mon regard s'arrêta sur l'avant dernière carte

Image IPB

Le dragon Cyberténébreux, j'en possède deux l'un est actuellement entre mes mains l'autre que j'ai obtenus plus tard est sûrement dans ma boite de « surplus » tous comme les autres cartes « CyberDark » je n'ai jamais eu de quoi jouer ces cartes car elles demandent d'exploiter la puissance des dragons et je dois avouer avoir très peut de cartes « organiques »


exploiter la puissance des dragons … Yüki !

Je sortis mon téléphone et envoya un message à ma très chère

[Chalut OwO je peut venir dans ta chambre demain j'ai quelque chose à te demander ^w^]

je range mon deck dans sa boîte et repris mes activités dont je fus lasser au bout de quelques dixaines de minutes sans avancement majeur sur mon programme. Je passa le reste de ma soiré à papillonner sur des sites au hasard jusqu'à que Morphée me tendis ses bras.




Mon réveil fus étonnamment calme, j'ouvris les yeux en prennant mon téléphone. Je pris un cadeau bien mériter pour elle tous en lisant sont dernier message bon bon bon  chambre 45 du dortoir jaune, ça devrai être facile à trouver et effectivement après quelques minute me voila enfin devant la porte de sa chambre. Je respire un grand coup puis toqua à la porte des pas précipités typique d’une fille impatiente ne se furent pas attendre la porte que je venais de frapper étais déjà entrain de s’entre ouvrir révélant la personne pour qui j’ai du écourter mon sommeil de précieuses heures qui après avoir vérifier mon identité ouvris grand la porte






"Yo~~" mes salutations laissaient entrevoir ma fatigue tandis que j’analysait sa tenue


"Coucou toi !"sa réponse et sont sourire ne se firent pas attendre et après avoir enlacer ma bien aimer elle me laissa entré la remerciant au passage, et entras dans sa chambre, ma première entrée dans une chambre jaune en début d’année je pensais que la première fois que je rentrerais dans une chambre de se dortoir sa serait pour y rester.


Je me suis encore tromper.

Les chambres jaunes on vraiment l’air plus grande, il y avait deux lis de chaque côté exactement les mêmes meubles placer symétriquement, même la table basse poser au milieu semble être parfaitement au centre de la pièce, sur la gauche une porte viens briser cette symétrie. La partie gauche est visiblement la partie de Yüki à en voir sont katana et sa fameuse boite dorée je m’assoit du côté droit de la table basse et pose mon sac à côté de moi tandis que Yuki ferma la porte et s’installa en face de moi ,il était temps de commencer.

"C'est rare que tu te réveil aussi tôt le dimanche !" Me lança elle en éclatant de rire
effectivement sa remarque était pertinante et je ne puis m’empéché de rire avec elle

"Effectivement normalement je dors actuellement Mais aujourd'hui j'ai besoin de toi. "
Je sortis de mon sac la boîte où je range les cartes que je n’utilise pas
Elle sembla interloquée au premier abord "Qu'est-ce qu'il y a ?" En même temps je ne lui avais pas expliquer pourquoi j’ai besoin d’elle, c’est bien plus drôle ainsi

"J'ai besoin de ton expertise pour .... j’ouvris la boite et sortis 5 cartes.. Exploiter les dragons
Que j’avança et qu’elle prit et regarda une par une
"Tu as eu ça où ?" je m’attendais à se qu’elle soit surprise et avait déjà préparer ma réponse


Image IPB

"Je les ai depuis très longtemps je n’avais juste pas eu l'occasion de les mettre à contribution je lui montra le monstre fusion celle si était même dans l'extra deck de mon deck cyber"

Elle les reposas sur la table je peut déjà entrevoir sa prochaine réplique

"Et pourquoi tu veux créer un nouveau jeu ? Tu n'es pas assez puissant avec tes Cyber, Hmmmmm ?" se regard provocateur était prévisible je préfère cependant éviter la question, je me contentas donc de lui rendre "Un grand philosophe à dis " la diversités est le pouvoir" s'était un certain Nayel Reiuji "

Elle éclate de rire "Toi.." Elle continue "Philosophe !"

Je ris dans mon fort intérieur cela faisait des siècles que je n’avais pas eu l’occasion de sortir notre code

Ecoute bien Yüki voici l’essence même de notre style de duel !

"La paix est un mensonge,

seul la passion existe

La passion me confère la force

La force me confère la puissance

La puissance me confère le pouvoir

Le pouvoir me confère la victoire

Et la victoire me libère de mes chaines !"

"Par moi " et Kinue mais on va éviter de le dire toute suite sans grande surprise elle se calma puis repris

"Eeeeeeee.... Oook. Je retire ce que j'ai dit."

Bon il est temps de venir à pourquoi je suis ici

"Bref des suggestions sur quels dragon utilisés pour les mettre le plus à profits ?

"Les mettre à... Profits ?" elle arque un sourcil comme si elle cherchais quelque chose pourtant c’est très simple

"Ces cartes sont très dépendantes des dragon dont tu décide d'exploiter la puissance .."





#2 Posté 16 February 2018 - 04:40 PM Par Yüki

  • Yüki
  • Maître du jeu
  • La plume

  • 601 messages
  • LocationQuelque part

Image IPB


Exploiter des monstres pour utiliser leur puissance… Exploiter… Pour sa propre personne… Pour ses propres intérêts. Exploiter… Pour faire souffrir… Pleurer… Crier… Ses mots redondaient dans ma tête, il percutait tous les recoins de mon crâne, de mes souvenirs, de mes pensées… Jusqu'à teindre en noir ma vision, noir de Chaos… Mon regard ? Il se perdait sur la petite table noire… Noire… Aussi ténébreux que lui. Je ne voyais que lui à travers ses mots…  "On dirait lui..." Ce foutu magicien… Il exploite la faiblesse des autres pour en faire sa force, il se nourrit de la peur, de la haine, de la solitude, des regrets. Il se nourrit de tout… Tout ! Et ne vous laisse rien ! Même pas de l'espoir, non ! Il ne me laisse même plus l'espoir de penser printemps, il ne me laisse même plus l'espoir de vivre comme tout le monde ! Non je suis enchaînée comme un rat, incapable de sortir du labyrinthe du cauchemars… Un tourment sans fin… Laisse-moi rire… Il prendra fin quand je serais morte ou alors quand il disparaitra de ma vue à tout jamais…

Je veux avoir de la puissance, oui ! Mais pas cette puissance qui me hait tant, qui nous hait tant ! Je veux… Je veux être forte… Forte, pour endurer mes prochains périples, forte pour faire abstraction de mon passé et marcher de l'avant, forte pour aider Nayel. Je veux qu'une chose… Etre libéré de ce cauchemar onirique, passer le pas et voir ce qu'il y a derrière la porte ; celle de l'espoir ! Et enfin… Enfin mettre fin à ce tourment infini ! Et mettre fin à ta puissance, mettre fin à ton héritage ? Tu ferais honte à ton sensei en le laissant tomber… Je ne sais pas… Je ne sais plus. De toute façon mon Sensei m'en a bien caché des choses ! Et tu ne peux que le respecter car tu es faible seule… Seule… Tu l'as toujours été… Seule. Pleurer tes parents, pleurer tes proches et tes amis… Tu n'as plus rien… Mise à part cet héritage. C'est tout ce qu'il me reste d'eux… Je ne peux le laisser tomber. Ça serait… Bafouer tes codes et ton honneur. Ce que je ne veux pas… Alors, exploite les autres à ton avantage… Exploiter ? Non… Je ferai comme ce monstre… Peur ? Terrifiée tu es… Mort viendra te chercher. Faible restera-tu.

Je me noyais dans un trou noir de Chaos… Toute ma lumière se faisait aspirer et je ne pouvais rien faire… Mise à part regarder le temps s'écouler indéfiniment sous mes pieds. J'étais dans ce trou noir à regarder les ténèbres s'agrandir petit à petit et s'étendre au plus loin. Cependant… Dans les ténèbres se formaient deux mains lumineuses qui me faisaient sortir de ce sable mouvant. Nayel m'avait une nouvelle fois enlacé, inquiet de mon état qui se dégrade de jour en jour… Je lui avais parlé de tous mes cauchemars, il devait s'en vouloir d'avoir dit ce mot… Mais c'était moi qui m'en voulait de lui faire vivre ça. J'apposais mes mains dans son dos. "Désolée..." Ma voix était faible… Comme je l'étais face au Magicien. Il se redressait et se remettait en face de moi, j'arborais un sourire radieux. Qu'est-ce que je ferais s'il n'avait pas été là dans les moments les plus durs ? Plutôt… Qu'est-ce que je serais devenue ? Je ne préférais même pas y penser, la réponse me terrorise. "T'inquiète pas je suis là... Quoi qu'il en soit j'ai un cadeau pour toi" Un… Cadeau ? Il fouilla dans sa poche et en sorti une sorte de pendentif… Avec pour forme : un pentagramme dans un autre. "Ça représente l'équilibre, je l'ai porté pendant longtemps"

"Je... Eeee... Merci" C'était la première fois que Nayel m'offrait quelque chose qu'il lui appartenait ! Mes joues s'empourpraient légèrement de rouge. "T-tu me le mets ?" Mon regard se détourna… Je n'étais plus habituée à ce qu'on m'offre des choses aussi… Symbolique. "Avec plaisir" Je soulevais légèrement mes cheveux et il se penchait pour m'attacher le nouveau collier… Le deuxième que je porte. Le premier étant… Une obligation et un honneur bien particulier que je n'enlèverais jamais du cou… Mise à part si on me coupe la tête. Clic. Le pendentif était à mon cou, je le contemplais tout en le prenant avec les doigts… L'équilibre ? Une balance entre la lumière et les ténèbres… Je connaissais le Yin et le Yang mais pas celui-ci. De quelle croyance cela venait ? Je finissais par plonger mon regard dans celui de mon bien aimé et dans l'instant qui suit, je lui offrais un court baiser en guise… De remerciement ? Il était ma béquille dans ce monde bien sombre… Je ne pouvais que le remercier et l'aimer de tout mon cœur. Il est tout… Sans lui… Je ne suis rien. Il finit par se lever après ce moment plus que délassant et alla s'allonger confortablement dans mon lit. "Ça va met toi à l'aise !" Dis-je sur un ton humoristique, le temps que je fasse de même et que je le rejoigne sur le bord du lit. Il était temps de reparler Dragon. "Tu préfères quel type de dragon ?" Je m'amusais à jouer avec le pendentif, le faisant rouler entre mes doigts, contente tout en regardant la beau au bois dormant allonger sur le lit. Feignant, pensais-je amusée dans ma tête. "Bah je préfère les cyber dragons "

"Gné, c'est drôle ça.... Je parle pour tes Cyber Dark banane" Il était vraiment à la traine quand il s'y mettait. "Plus sérieusement, j'aimerais bien des dragons qui arrivent facilement au cimetière pour que je les équipe ensuite"

Des dragons qui vont facilement au cimetière ? Eeeeeeee… Je passais en revu tout mon deck dans ma tête, la plus logique serait… "Y'a déjà le Dragon Masqu-" Nayel me coupa dans ma fin de phrase "éhoéhoé" Je le regardais avec une tête d'ahurie, il est drôle quand il s'y met ! J'accompagnais mon facies d'un rire discret. "Hmmmmm.... Le Dragon Divin Apocralyphe qui défausse des cartes de ta main et qui te récupère un dragon... De quoi créer une stratégie avec le Dragon Masqué"

"Mouais je suis pas convaincu pour le moment"

"Rho... Bon, tu les veux à sacrifice ou non ?"

"Je veux qu'ils meurent !" Je ne savais trop quoi répondre, je le regardais interloquée de sa réponse… Etrange. Allez Yüki, ne te décontenance pas pour si peu, il est bizarre mais c'est pour ça que tu l'aimes non ? Baka ! "Alors.... Eeeee" Quel dragon…. Quel dragon… La réflexion était intense dans ma tête, je passais vraiment en revu mon répertoire draconique. "Le Dragon Abominable ! Il a deux mille en attaques et il trépasse quand il combat." Il répondait au tac au tac "VENDU ! Donc ça nous fait le dragon masquéohéohé et le dragon abominable en dragon pour le moment"

"Oui... C'est un bon début non ?" Je continuais à contempler mon homme tout en me posant une question essentielle. "Mais... tu as ce qu'il faut pour te payer tout ça ?"

"Un très bon début même, t'inquiète pas pour ce genre de détail concentrons-nous sur nos idées de nature draconique "

J'acquiesçais de la tête en signe d'approbation puis je me penchais légèrement sur le lit pour récupérer in-extrémis mon katana pour en extirper mon deck 'de nature draconique' comme dirait Nayel. Je glissais les cartes une par une entre mes doigts… Non… Non… Pas toi. Excelion ! Mais non pas elle… Coucou Gandora… Ah bah tu étais juste à côté toi ! "Et celle-ci ?" Je lui tendais la carte.



Image IPB



Il regardait attentivement la carte. J'ai crue voir une petite lueur dans ses yeux noirs. "J'aime, j'aime beaucoup." Ah… Tant mieux !

"Bon..." Une nouvelle fois la gêne s'était installé dans son lit de plume, réchauffant les oisillons froids de mes joues. "C'est la seule que j'ai, donc je ne peux pas te la donner, désolée." Un sourire désolé se dessina sur mon visage… Si j'en avais eu deux… "T'inquiète pas je comptais pas te demander de me la donner" Il me rendait mon sourire, celui qui me plait tant... J'aimais le voir comme ça, il n'y avait pas besoin de plus pour me faire plaisir. "Super, tu me rassures !" Disais-je une main sur le cœur… Ce n'est pas au Chaos que j'ai donné mon cœur… C'est à lui et à lui seul. Je posais mon deck sur le lit, quelques cartes glissaient du paquet pour s'étaler légèrement sur la couverture. Je me baissais pour prendre mon sac au pied du lit, j'ai une ancienne chimère à lui donner… Ma première. Je sortais de tout mon bazar une petite boite contenant plusieurs cartes que je n'utilisais plus. "Par contre... Je pense qu'elle, peut t'aider à envoyer tes dragons au cimetière" Mon ancienne chimère… Je t'ai trouvé un nouveau possesseur… Sensei ne m'en veut pas. Je tendais la carte à son nouveau propriétaire.



Image IPB



"J'en prendrais soin" Il la prit délicatement en main, regardant légèrement la carte avant de la rajouter à son nouveau jeu cyber… "Je compte sur toi. Au moins... Comme ça on est quitte !" Je lui montrais le pendentif qui pend à mon cou, contente. "Haha merci" Dit-il avec un sourire… Craquant… "Dis-moi tu ne connaîtrais pas une carte qui pourrait envoyer les cyberdark depuis le deck au cimetière ?"

"Eeee... Alors là... Attend !" Il n'y a qu'une seule chose qui peut répondre à cette question ! Les livres ! Je me levais avec aplomb et me dirigeais vers mon bureau, ouvrant le premier tiroir. Dans celui-ci se trouvait un énorme livre qui prenait toute la place. Alleeeeezzz sort de là ! Pfiouuu je l'ai sorti, c'est qu'il est compliqué à sortir… Et en plus il est lourd ce chef d'œuvre. J'atteins le lit avec le gros livre, m'assoies sur celui-ci. Quelques rebonds après je l'ouvrais et feuilletais rapidement celui-ci cherchant la rubrique 'Destruction de deck'. Ce livre référence toutes les cartes existants… Evidement dès que plus de cent nouvelles cartes sortes, ils en écrivent un nouveau. Au moins ils pensaient aux littéraires qui ne savent pas utiliser les ordinateurs. "Y'a deux cartes de ce type, Sacrifice Inutile ou..." Nayel passais sa tête de mon épaule. Je tournais la page."Eeeee... Nan... Pas elle." Encore une autre. "Ah voilà ! Choix Douloureux" Je posais mon doigt sur la carte, sur le côté il y avait le descriptif de la carte et plusieurs combos déjà existant présenter sous forme de schéma pour ceux qui se demandent comment s'en servir… Et bien sûr les exceptions.

"Mhmhmmm j'ai une préférence pour choix douloureux mais sacrifice inutile me tente bien aussi, mouai je verrais selon la place qu'il me reste et ce que je trouve. AH ! sinon y'a un de mes coloc qui joue un monstre pour ça je me souviens que c'est un guerrier mais pas de son nom ................................" Je crois que je n'ai jamais vu Nayel avoir de multiple émotion en même temps… En fait je n'ai jamais vu personne faire ça de ma vie. Il réfléchissait et quelque seconde après il semblait content et interrogateur pour finir déçue… Je n'ai pas tout compris là. "Je vois pas du tout là Nayel, je peux pas t'aider. Tu pourras lui demander ça ne te coûte rien."

"Oui je suppose que de toute manière on a assez de dragon là, le reste va sûrement être quelques machines et des monstres ténèbres. J'irais demander conseil à mon colloc émo, bon bah il nous reste plus cas glander " Il mettait les mains derrières la tête puis fermais les yeux, l'air de rien… "Ehm." Est-ce qu'il sait faire ? Suis-je bête ! Bien sûr qu'il sait, il m'a aidé mille fois sur ces machines… Par contre, je ne retiens rien. "J'aurais besoin de toi aussi, tu sais bien te servir des ordinateurs non ?" Disais-je timidement… A chaque fois que je dis ça on se paye de ma poire. Je ne vois pas ce qu'il y a d'honteux de ne pas se servir de ces trucs et puis rester assis devant un écran… La barbe. Ses yeux se réouvraient, il était pris d'intérêt… Yosh ! J'ai capté son attention. "Oui~~~~~~~~~~~ Tu as besoin de moi pour quoi ? "

"Tu vois, j'ai vu des cartes vraiment sympas pour mes magiciens dans ce livre et je ne sais pas... Comment dire..." Merde… Merde et bordel ! J'ai le mot sur le bout de la langue. "mhmm" Il me fixait… Me presse pas toi non plus ! Je mettais mes mains sur la tête et grattais frénétiquement celle-ci, comme pour faire sortir un Jin de sa lampe… Sauf que là c'était pour sortir la réponse… Oh et puis zut, je mettais trop de temps. "Rahh tu sais, les acheter via l'ordinateur et qu'il arrive ici." Suites à ces mots il déverrouilla son téléphone. Il avait compris ! S'en suivis de quelque échange de mot pour trouver les cartes afin de les acheter. Bientôt je vais recevoir mes nouveaux magiciens ! Et en supplément c'est des Xyz… Avec un peu de chance je vais réussir à les utiliser… Et d'ailleurs… au moment où il parlait d'Xyz il semblait triste, je n'avais pas compris pourquoi mais il avait changé de sujet… Il me cachait ses blessures invisibles... Nayel… Je suis là pour t'aider aussi, c'est ce que fait un couple non ?

"Sinon tu ne trouves pas ça triste que les créateurs de ce jeu laissent mourir lentement les Cyber Dragons ?" Il avait littéralement passé outre ma question… Ça me faisait mal de le voir comme ça sans savoir pourquoi. Ce n'est pas le moment… Je suppose. "Je pense qu'ils en préparent en secret, je ne vois pas pourquoi ils laisseraient un jeu aussi puissant sans autres cyber !"

"Toi aussi ! J 'espère aussi car après tous ........... Tout ce qui stagne finis par mourir "

"Et tout ce qui meurt devient Chaos..." Pourquoi… Pourquoi tout revient à lui… Pourquoi ? Je ne suis pas heureuse avec cette carte, elle me bouffe la vie… Comparé à Gandora qui m'exalte de joie. Dites-moi pourquoi le Chaos est forcément mal ? Pourquoi fait-il aussi mal ? Ne pouvons pas faire le bien avec les ténèbres les plus profonds ? Je l'espérais encore mais je crains que ma réponse va se retrouver comme moi si je continue avec… Enterrée six pieds sous terre. Je suis… Clac, clac. Nayel avait claqué des doigts devant mes yeux, il me disait quelque chose… Je crois, je ne l'entendais plus… Ou je ne voulais plus l'entendre, le Chaos m'avait rendu sourde. Je ne pouvais sortir qu'un malheureux. "Désolée..."

Je ne sais dire que ce mot

Ce seul mot

Désolé

Car je suis.....



.....Faible

Deux bras me prirent succinctement me coupant instantanément, j'étais forcée d'être allongé… J'eue un petit cri de surprise… Je n'étais pas allongée à côté de lui non… J'étais haut dessus de Nayel… Bordel… J'ai chaud. "T'inquiète pas…" Il baille légèrement. "Bon c'est pas tous mais c'est l'heure de dormir !" Il fermait ses yeux sans me lâcher prise. Je suis contrainte à rester ici… Ce n'est pas que ça me dérange… Mais ça me gêne. Enfin… Voilà quoi.  "J-j-je" Je ne savais pas où donner de la tête. "C'est pas... l'heure"

Il me répondait par un bâillement. "Pour moi si, et puis c'est pas comme si je te demandais ton avis" Non, en effet. Et c'est pas comme si j'allais refuser une telle offre. Je regardais intensément ma moitié avant de lui offrir un baiser sur la joue… Je finissais par poser ma tête sur son torse, souriante. J'écoutais son cœur, c'était si reposant. "Je t'aime Nayel..." Bonne nuit…

Le temps passait, les heures aussi. Bizarrement… Je n'ai fait que des rêves et non des cauchemars. C'est avec difficulté que je me réveillais… Je ne pensais vraiment pas dormir comme ça. Mes yeux étaient encore ensablés mais la lumière D'Amaterasu me fit vite revenir sur terre. L'heure ? Il devait bientôt être midi, un peu moins peut-être. Je me relevais tout doucement tandis que Nayel pousser des râles d'agonies presque humoristiques. Son ventre criait famine apparemment… Attends… Sérieux là ? Sérieusement ? Il rampait vers son sac comme un chien abattu cherchant à tout prix son os… Sauf que lui c'était sa boisson immonde… C'était… Malaisant et ridicule à voir. J'étais… Ehmm Choquée, c'est le bon terme. Mes yeux étaient écarquillés devant cette mauvaise pièce de théâtre. Il pouvait être étonnamment ridicule quand il s'y mettait. Et après avoir bu la moitié de son truc, il se retournait comme si de rien n'était… C'était tout de même drôlement drôle à voir, personne d'autre ne peut être comme lui… Il est… unique. L'instant d'après nous nous dirigions vers la cafétéria. Je ferme ma porte à clef puis me retourna, Nayel était sur son téléphone à regarder l'heure apparemment… C'était quoi cette image là ! Il était entouré de filles… Plus jeune apparemment et elles avaient tout le sourire… Lui il était au centre, plus jeune aussi accompagné d'une garce à couette. "C'est qui toutes ces..." La personne qui est à sa droite, je la connais. Non… Ce n'est pas possible. "Hé mais elle me dit quelque chose !" Il semblait extrêmement surpris de mes dires, sa tête s'était reculée instantanément. Sur le moment je pensais vraiment que ses yeux pouvaient sortir de ses orbites. "Euuu elle s'appelle Nozomi et elle était une school idol... Je pense pas que tu la connais"

"Nozomi Kisuki ?" Non… ça m'étonnerait quand même…

"MAIS QU'EST-CE QUE !" Il commençait à être de plus en plus choqué puis il toussa faussement histoire de se calmer… Il est vraiment bizarre, ce qui me faisait sourire légèrement. "Ah tu la connais ?" Il ne l'avait pas vu ? Je lui mettais une gentille tape sur la tête. "Baka ! Tu sais que c'est la secrétaire ? Ça me choque quand même..."

Il ne dit rien pendant plusieurs secondes, à me fixer avec une tête d'ahurie. Je passais ma main devant ses yeux vivement et il commençait à gesticuler de manière totalement incohérente. "MAIS QUOI ! MAIS QU'EST CE QU'ELLE FOUT LA ELLE ! PTIN CA VA ENCORE LUI DONNER UNE OCCASION DE FAIRE GENRE QU'ELLE A TOUS PREVU ! RAHHHHHHHH"

"N-Nayel ?" Disais-je surprise et bloquée par sa prestation inattendue… Bordel… Je suis avec quoi moi ? Il s'arrêta brutalement. "Oui ?"

"Tu as un peu pété les plombs tu sais ça ?" Je finissais par éclater de rire, j'en pouvais plus. Le son se répercuta sur les murs et ainsi dans les oreilles des étudiants qui passaient à côté de nous. J'en avais que faire des remarques ou des regards questionneurs, je voulais qu'une chose aujourd'hui c'était de passer un bon moment avec ma moitié. Nous arrivâmes à la cafet, après avoir indiqué le bureau de Nozomi à Nayel. C'était calme, il n'était pas encore midi et on est dimanche… Y'en encore des feignants qui faisaient la grasse matinée. Je vis Zhu assis à une table avec deux autres personnes, dont le délégué des jaunes. Je leurs fit un signe de la main puis on se dirigea paisiblement vers le comptoir… Enfin on aurait pu parler à la serveuse, si seulement il n'y avait pas une masse de muscle devant nous. Je ne pouvais qu'être amusée, la bête littéraire nous tournait le dos. "Tiens tiens, ce n'est pas notre grand littéraire que nous avons là ?"




#3 Posté 07 March 2018 - 05:14 AM Par Kawaki

  • Kawaki
  • Maître du jeu
  • Narrateur dramaturge

  • 110 messages

Image IPB


Malgré le bonnet qui me couvrait chaudement la tête, je ne m’étais jamais habitué au froid maritime qui venait constamment m’agresser depuis le port. Il était toujours là, sec et poignant, cherchant à tout prix à se faufiler entre les interstices de mes vêtements afin de me chatouiller le cou. Ma barbe, que j’avais laissé pousser un peu trop à son aise, tentait vainement de protéger mes joues asséchées. Même ma chevelure, encore mouillée après la douche, s’était abandonnée à l’air hivernal qui dominait l’île. Les rares mèches qui dépassaient de mon bonnet utilisaient ma nuque comme amortisseur lorsque le vent les emportait trop haut. Les mains dans les poches, le regard braqué sur le sentier qui défilait sous mes pieds, je laissais échapper quelques souffles saccadées. Après un long mois d’adaptation au campus, je m’étais enfin remis au sport.
Depuis quelques jours, j’avais eu la fâcheuse tendance de regarder avec inquiétude les changements qui s’étaient opérés sur mon corps. Il me semblait que j’avais maigri, que je rentrais plus facilement dans mes vêtements. Je fus obligé de resserrer mon jeans à l’aide de la seule ceinture que j’avais amené ici. Je m’étais donc empressé de m’inscrire au cours d’aïkido de Madame Tachibana pour m’assurer une activité sportive régulière. En complément, je m’étais décidé à reprendre les footings lors de mes temps libres. Grâce à ma dixième place obtenue lors des derniers examens, j’avais gagné une somme assez convenable pour m’acheter quelques haltères. De plus, je venais de recevoir ma bourse étudiante. J’avais la drôle d’impression d’être plein aux as, cela me mettait de bonne humeur. Je m’étais donc empressé d’aller en salle informatique pour profiter d’un ordinateur et effectuer quelques achats. Malheureusement pour moi, elle avait été pleine à craquer. J’avais dû patienter une bonne demi-heure. Néanmoins, une fois sur un poste, j’eus la chance de tomber sur certaines promotions sur un jogging, des chaussures de courses ainsi qu’une panoplie d’haltères en tout genre. Autant dire que je n’avais pas eu à hésiter.
J’en avais profité aujourd’hui : la livraison était arrivée ce matin. J’avais demandé à mon colocataire de me coacher un peu pour mes exercices avec haltères. Une fois terminés, Ginoza m’avait indiqué un itinéraire assez courant que prenaient les joggeurs pour leur course. Je ne l’avais pas réellement suivi, le jardin de l’académie était tellement apaisant que je m’étais restreint à cette zone. Mes pieds avaient tenu une bonne heure et demi mais avaient fini assez engourdies et mes poumons avaient eu du mal à ne pas brûler. Comme je le craignais, j’avais perdu de l’endurance. Il n’y a pas si longtemps que cela, j’aurais pu obtenir un bon grade en tant que Calibre-Rouge. Aujourd’hui, je n’aurais même pas ma place dans l’infanterie. J’avais terminé ma séance avec quelques exercices lambda : pompes, abdos, étirements… Avant de filer rapidement à la douche.

J’entre dans le couloir. Le parquet ciré me dessine une scène récente, datant de quelques jours à peine. Les voix me parviennent comme un écho. Un écho agréable à mes oreilles :

Bonjour Kawaki. Tu t’es perdu ?

Sa voix résonne, c’est un vaste espace. Un livre se ferme : Patrimoine Culture et Traditions de Takayama. Un sourire, non, une légère courbe qui plisse sa joue, qui remonte vers son œil ambré.

J'ai juste un gros appétit. D'ailleurs, je vous ai apporté de quoi grignoter.

Je le surprends, son visage s’anime, je crois. Non, je dois rêver. Son visage est toujours aussi impassible, sa voix est dure. Mais quelque chose de sincère s’en dégage :

Kawaki… Si l'on admire une personne, on ne peut pas la surpasser.

Acceptez ça comme... une excuse de ma part pour tous les désagréments récents que j'ai causés au sein de votre dortoir.

Je crois que je souris. Je ne peux pas m’en empêcher. Il y a quelque chose qui se passe, comme si le monde me regardait, comme ce soir-là. Un autre livre attire mon attention sur son bureau : Ne pleure pas, le silence t'écoute. Les lettres sont dorées, finement dessinées.

Détrompe-toi. Je reconnais et j'admire ton honnêteté pour venir me présenter des excuses, mais c'est inutile. Tu n'as pas à présenter d'excuses. Et puis... Je n'aime pas les excuses, ce sont des choses qui ne veulent pas dire grand-chose. Si tu tiens à te faire pardonner, fais simplement en sorte d'évoluer, de grandir et de devenir plus fort. L'avenir de mes élèves, c'est tout ce qui compte pour moi.

Il vient d’attraper mon regard. Il sait où mes yeux se sont posés. Je suis gêné, un peu. J’espère qu’il ne pense pas que je ne l’ai pas écouté. Je préfère prendre la parole, montrer mon intérêt :

C'est étrange, il n'y a pas d'auteur... Une oeuvre anonyme ?

L'oeuvre est anonyme, mais il y a bien un auteur. J'en ai découvert l'identité en lisant les lignes qu'il a lui-même inscrites dedans. Ce livre se mérite.

Tiens tiens, ce n'est pas notre grand littéraire que nous avons là ?

Une voix aiguë m’avait ramené à la réalité. Je me trouvais dans la file de la cafétéria. Quelqu’un venait de me taper sur l’épaule.

Ah pour être grand il est grand effectivement !

C’était une voix masculine, elle me parut jeune et spontanée. Je baissai les yeux. Je reconnus Yüki, avec qui j'avais eu l'occasion de sympathiser durant ma première séance du club de littérature, et j’en déduisais que le jeune homme qui l'accompagnait ne pouvait être que Nayel. Leur couple faisait beaucoup de bruit depuis la sortie en forêt.

Salut, vous deux. Qu'est-ce qui vous amène ?

Ma faim je dirais, me répondit Nayel du tac-au-tac, sinon ça va depuis le cours de Iwasawa ?

J’avais, malgré moi, une mémoire assez défaillante, surtout lorsque je parlais avec des personnes qui ne réussissaient pas à me taper dans l’oeil. Ils étaient semblables à cette voix monotone et immatérielle que je pouvais entendre dans le métro du centre-ville, celle qui m’énumérait les stations que je pouvais lire bêtement devant mes yeux.
Peut-être que je me mentais à moi-même, dans le fond. Cet étudiant-là aurait peut-être pu égayer ma curiosité, mais je n’arrivais pas à me faufiler à travers les mailles de son caractère atypique. C’était comme un rejet instinctif, rédhibitoire, que j’étais incapable de surpasser pour lui.

Ecoute, on s'amuse comme on peut ici. Tu as commencé à lire les extraits que nous avait conseillés Aschérit ? demandai-je à Yüki en passant du coq à l'âne.

J’ai déjà fini à vrai dire, se vanta-t-elle.

Moi aussi, l'incipit du premier extrait était sublime. J'en ai eu le vertige.

Ah oui c'est vrai que vous êtes dans le club de littérature, nous interrompit brutalement Nayel, j'espère juste qu'il ne finira pas comme celui du dernier jeu auquel j'ai joué, ça serait vraiment triste... Tiens d'ailleurs, faut que je me trouve un club moi. J'ai beau être particulièrement doué pour faillir à mes obligations mais je pense pas que je puisse échapper à celles-là encore longtemps.

Je tournai la tête, c’était mon tour. Angela avait tout écouté, son sourire ne trompait pas. Son visage exprimait une certaine compassion à mon égard. Une folle envie de l’embrasser me traversa l’esprit mais quelque chose de moral m’en empêcha. Je m’accoudai au comptoir pour mieux attraper son regard, pour ne pas me perdre dans une discussion trop longue et inutile, pour m’accrocher à un intérêt qui me pousserait à rester. Elle me sourit. Cela me plut. Dans mes jeunes illusions, j’avais probablement pensé que c’était un pur moment de désir inavoué, inavouable.

Tu n'es toujours pas inscrit à un club ? m’étonnai-je faussement sans quitter la dame de service des yeux.

Heuuu... comment dire... je n'ai pas encore eu... de coup de coeur quant au différents clubs actuels et je n'ai pas la motivation ni les idées pour en créer un.

Roh tu as le temps... Ils ont dit qu'on pouvait les essayer avant de choisir, reprit Yüki en attrapant la main avec laquelle il ébouriffait sa chevelure désordonnée.

Je quittai le regard d’Angela le temps d’une demi-seconde, le temps de porter un jugement sur ce couple anormal, inaccoutumé, déviant. Etrangement, une profonde tristesse me rongea l’estomac.
Les yeux de Yüki brillèrent comme des pierres précieuses, animés par la seule chaleur qui émanait de la main de son compagnon. Elle sembla chercher sur son visage quelque chose qui lui refléterait son amour, sa dévotion à son égard. Il la lui donna, non pas par amour, mais parce que c’était ce qu’elle attendait de lui.
Chez lui, tout semblait noir. Il n’était beau que parce qu’elle était resplendissante, il n’était heureux que parce qu’elle souriait, il n’était là que parce que sa présence lui permettait d’exister. Il y avait toujours une part de vrai dans les rumeurs et j’avais eu le loisir de m’en inspirer pour accentuer davantage ma tristesse : ce duo était disparate. Le cadet absorbait cet amour avec ses yeux sombres, tout comme les ombres se nourrissaient des dernières lueurs de l’aube. Il les accueillait, ces sentiments, mais personne n’était capable de percevoir ce qu’il en faisait. Elle non plus. Je me sentis désolé. Cela ne dura qu’une demi-seconde. La voix angélique de la dame de service me présenta le plat du jour.





#4 Posté 09 April 2018 - 08:21 PM Par Yüki

  • Yüki
  • Maître du jeu
  • La plume

  • 601 messages
  • LocationQuelque part

Image IPB


Les secondes passaient, je parlais… Apparemment, je ne me rendais pas vraiment compte. J'étais peut-être comme un robot en ce moment, je ne réfléchissais plus, j'agissais, je ne m'exprimais plus, je répondais avec des formules pré-enregistrées. J'étais ailleurs, un mot, un seul et unique mot tuer. "Si y'a des personnes à tuer, c'est à moi de le faire" Avais-je dit sans m'en rendre compte de la gourde… Pourquoi avais-je dit ça ? Pourquoi… Un son sourd… Ils semblaient rire à ma pseudo blague et pourtant, je ne riais plus, je tombais loin de tout, loin de cette académie. Les voix, elles m'injuriaient, elles me maudissaient… Ces voix… Sont celles de ces traitres. Leurs visages blafards me faisaient face, ma vision se troublaient, je n'étais plus dans la cafétéria, j'étais dans mon propre ouragan de tourment. Des orbites noires, un sourire aussi crispé de plaisir que celui de Gin… Les rires n'étaient même plus humains, j'en avais des vertiges. Le temps d'une seconde, le visage de Nayel et de Kawaki se sont replacés en ces abominations. Mes mains tremblaient, je reculais d'un pas. J'hallucinais… J'étais prise d'hallucination purement et simplement. "Ca va pas, Yüki ?" La voix de Kawaki perçait les ténèbres, comme un saint qui appelle la bonté de Dieu. Les visages reprenaient leurs couleurs, le décor redevenait comme avant et l'air devenait enfin respirable. L'inquiétude traversaient légèrement une mèche du grand gaillard, tandis que Nayel… Avait compris ce qu'il m'arrivait. "C-ce n'est rien..." Un sourire jaune prenait place sur mon teint pâle, il contribuait indirectement, à ma détresse du moment.

"Bon c'est pas tous mais on est venu pour manger donc mangeons !" Tentait vainement Nayel… Il essayait de dévoiler ce voile sombre qui se ferme petit à petit, tel un rideau de théâtre au moment de l'entracte. Aux retours des comédiens, la scène sera plus Chaotique et horrifique : La porte du Tourment. Voilà le titre de la pièce où le rôle principal était donné à un magicien de talent vêtu d'un habit aussi sombre que ses pupilles onyx. Derrière-lui… Se trouve une cage, avec à l'intérieur, une fille. Morte de peur, accablée. Elle hurle, elle supplie. Les spectateurs applaudissent, ils rient. Le magicien, ne s'exprime pas, il regarde… Il attend le bon moment, pour jouer son dernier tour de magie, son ultime tour. Les projecteurs émettent une lumière pourpre sur la cage. La fille n'a plus de voix, les larmes ne coulent plus, elle regarde peut-être une dernière fois son bourreau. Elle joue bien son rôle, on s'y croirait réellement. Tout avait l'air vrais… Ce qui n'était pas dit aux spectateurs, c'est que tout est réel… "Angela se fera un plaisir de vous faire un bon petit plat... Du moment que vous avez quelques yens en poche" Une multitude de paires de dents blanches arbore le sourire jovial de Kawaki, pointant indirectement le regard de Nayel.

"T'inquiète pas ton ami Ginoza me doit une semaine de cafet du coup il m'a déjà filé l'argent " Nayel sortait un petit porte-monnaie, où était brodé un personnage de fiction, il le faisait secouer légèrement, on pouvait entendre la friction métallique des yens tandis que Kawaki se retournait vers Angela, le sourire qu'il arborait il y a quelques temps semblait s'être dissipé. Le comportement de Nayel l'énerve ? Je m'accrochais au bras de mon bien aimé, lui, regardait droit devant, ça me réconfortait dans un sens, il savait où il allait... Il était pour moi, un guide qui guidait mon âme déchirée à travers le Styx du Chaos. Il voyait plus loin que moi, les ténèbres lui étaient familiers. Tout comme Aschérit, il s'est accoutumé à ces sombres pensées, c'était pour lui un bon endroit où vivre. Enfin… C'était ce que je ressentais chez les deux personnes. "Je reprendrais bien un Miyazaki à la pêche s'il vous plaît, nous allons essayer Nayel dans sa quête clubique" Kawaki restait sérieux, sa carrure imposante surpassait la taille de Nayel dans tous les sens du terme, vraiment. Je ne savais pas pourquoi les autres filles du dortoir craquaient pour lui… Il s'était accoudé sur le comptoir le regard aussi charmeur que celui de Nozomi. Je ne saisissais pas réellement pourquoi il faisait ça, je trouvais que ça faisait de trop. Pourquoi il charmait des personnes âgées ? "Hahaha, moi je te prends un Riz au curry s'il te plait " Aie… Angela lui lance un regard noir… Ça va chauffer… "Je me demande bien comment vous pouvez être en compagnie d'une jeune femme aussi charmante avec aussi peu de politesse et de galanterie. C'est un club de bonnes manières qu'il vous faut"

Ses yeux marron se plantaient dans les miens, son sourire revient. "Et vous jeune fille ? Qu'est-ce que je vous sers ?" La gêne, elle fluctuait dans tout mon corps et empourprait dans la même occasion mes joues. Je ne trouvais pas que Nayel était aussi mal éduqué, c'était sa façon d'être. Il était comme ça et c'était très bien ! Mais ça… Les personnes ne voyant que le bout de leur nez ne le comprenaient pas. Angela ne le comprenait pas, elle s'était arrêtée sur la première impression… Saleté d'hum… Non… non. Pas maintenant…"U-un Chirashi s'il vous plaît" Évidemment Nayel a rétorqué par son manque d'éducation par la faute de ses parents… Je me demande bien comment avait-il vécu dans sa jeunesse… C'était encore flou. Tant bien que pour lui que pour moi, on ne se connaissait que de par le présent mais pas par le passé… Peut-être… Qu'on veut simplement oublier ce passé ensemble ? Non c'est sûr, nous ne voulons pas revivre ces moments indigérables.

Le colosse s’interposa entre nous deux en nous prenant par les épaules, sa force m'écrasa, affaissant légèrement mon épaule droite. C'était terrifiant d'un côté. Heureusement… Qu'il était sympa. "Vous avez l'art de mettre les gens mal à l'aise tous les deux..." Il nous amena à une table libre. Les regards des curieux et des haineux nous dévisagea sans sommation. "Qui se ressemble s'assemble~~" Je lance un sourire à Nayel. "Nan plus sérieusement l'espace d'un instant elle m'a rappelé des souvenirs que j'aurais préférés oublier, j'irais m'excuser plus tard" Des souvenirs ? C'était bien ce que je pensais… Lui aussi, avait vécu quelques choses d'immondes… Dieu ne pardonne plus personne, il abat son jugement aussi rapidement que tombe la foudre de Zeus. Sur le coup d'un tic-tac, je m'étais sentie peinée envers mon amour… Un jour… On se dira tout, afin d'évacuer tous ces brimes abject. Un jour… Les ténèbres ne seront plus que du passé. Un jour… On vivra sereinement, en pensant au futur… Un jour. Je fis sorti de mes pensées par une vocifération de Nayel. Il semblait refuser implicitement une proposition de Kawaki… Je n'avais pas tout suivi… Ça m'énerve mes absences trop fréquentes, ça me bouffe ma vie… Ce Chaos…

Kawaki lâchait prise, je me sentais tout d'un coup moins lourde. Il me tira une chaise galamment, le sourire aux lèvres, la main montrait aimablement l'endroit où je devais prendre place. "Je t'en prie" Cette part de gentillesse, même minime… C'était une base qui était rentré dans les mœurs… Mais… Elle me faisait chaud au cœur, rare sont les personnes qui l'étaient avec moi. C'était un homme bien, ce Kawaki. J'accompagnais mon sourire sincèrement amicale d'un "Merci." Tandis que Nayel le charriait sur son comportement. Tu devrais prendre exemple toi au lieu de rigoler. Pensais-je gentiment pendant qu'il prenait place à côté de moi et que Kawaki faisait de même juste en face de nous. "Sinon…" Il posa ses larges coudes sur la table. A lui seul, il prenait facilement deux places. Ses yeux bleus jonglaient, à un moment sur Nayel puis sur moi. "Qu'est-ce que vous avez prévu aujourd'hui les amoureux ?"

"Rien de spécial, travailler sur un nouveau deck et faire des trucs d'amoureux, et toi ?" Je me demandais bien ce qu'il avait derrière la tête… Des trucs d'amoureux. Je le regardais d'un air un peu niait avec un sourire timide.

"Je ferai un tour à la bibliothèque peut-être. Et pour vos trucs d'amoureux il faudrait virer vos colocataires d'abord vous savez ? Après... Si vous n'êtes pas pudiques..." Il commençait à boire sa tasse… Attends… Mon cœur avait loupé un battement. Je dévisageais totalement Kawaki, sa remarque me faisait trembler de gêne. "Qu-qu-qu'est ce que tu t'imagines toi !" La chaleur revenait aussitôt, mes joues devait être aussi rouge que la veste de Nayel et mes yeux étaient prêts à sortir de leurs orbites. "Le problème des colocataires c'est réglé tous seul d'ailleurs" Nayel en rajoutait une couche, un sourire taquin se dessinait tendrement sur son magnifique visage. "On sort du lit là "

Oh bordel… Bordel, bordel, bordel ! Maintenant Kawaki va croire que… Non… non, non, non… J'étais hors de moi, mon regard se plongea sur la table, je n'osais regarder ni l'un ni l'autre… Cela devenait trop embarrassant… La conversation prenait une tournure que je n'aurais jamais pu imaginer…



#5 Posté 10 April 2018 - 06:06 PM Par NekoChadow

  • NekoChadow
  • Joueur
  • 8 messages
Encore une fois j'ai réussi à faire rougir Yüki, j'y prend presque du plaisir à la voir rougir autant pour quelques sous-entendu biens placés, sous leurs masques les filles ont souvent un petit côté enfantin qui plus ou moins facilement facile à faire ressortir, je dois avouer que Kawaki m'aide bien

"Mes félicitations" me dit-il en souriant "Cependant, je vois à ton regard que ce n'est pas ta première relation charnelle avec une gonzesse. J'ai l'œil pour ça."

Ah Ah tous juste pourtant si on regarde mon mode de vie des 5 dernière années c'est vraiment dur à croire ...

"Même si je te dis qu'avant de rejoindre cette académie j'ai passé mes 5 dernières années seul dans mon studio ?" Je suis impatient d'entendre sa prochaine phrase, on se marre bien avec lui faudrait qu'on traine plus souvent ensemble.

"Oui, car ta bien-aimée est à côté de toi" Il me lance un clin d'œil qui hors contexte l'aurais fait passer pour un gay refouler comme Wellan, j'avoue avoir du mal à le suivre cette fois peut être veut-il arrêté de jouer, je regarde Yüki et effectivement je l'avais pas vue aussi rouge depuis le banquet, il est temps d'arrêté de jouer.

"Oui et elle est sur le point d'exploser, ta pas un verre d'eau à me prêter ?"

Yüki me guette elle est sûrement sur ses gardes mais elle lance maintenant un regard des plus étrange à Kawaki elle a du mal prendre notre plaisanterie.

"Il fallait en prendre un" me répond Kawaki en haussant les épaules

Comment ça
Moi ?
Prendre un verre d'eau plutôt que du coca ?! MAIS POUR QUI TU TE PREND SALE TCHOIN !

Humhum calmons nous, il ne sait pas nous devons l'éduquer !

"Laisse-moi te dire Kawaki, l'ordre des choses dans ce monde est dicté par une seule et unique règle qui définis n'importe quels événements dans cet univers ! Et cette règle est ! Coca supérieur à Eau, Simple, Clair, Efficace" AHHHhhhhh rien de plus parfait que le coca.

Yüki posa ses mains sur la table et se leva violemment.

"Qu'on mette les choses aux clairs, on n'a rien fait de bizarre... à part juste dormir..." Puis elle se re-assit.... heuu ok ..... Je crois que tout le monde avait compris tu sais...

"Et j'ai jamais dit le contraire" je caresse les cheveux de Yüki, j'aime vraiment beaucoup ça caresser les cheveux des gens ...

Kawaki souris, il va sûrement dire quelque chose d'amusant "J'ai perdu l'habitude de croire aux contes de fées. Par contre, la théorie du Coca et de l'eau est intéressante" Il boit une gorgée de son thé, je lève ma cannette pour boire une gorgée de mon Coca "Lequel de vous deux serait le Coca ?" je pose ma canette instantanément pour répondre

"Moi"

Oula
J'ai répondu par réflexe mais que veut-il dire par théorie sur le coca ?

Yüki soupira et répondis "Je déteste cette boisson..." Comme pour me rappeler sa présence que j'avais potentiellement oublier.

Kawaki souris encore, nous sommes si amusants que ça ?

"Cela ne m'étonne pas. Le Coca donne sa couleur à n'importe quelle eau lorsqu'il se mélange à elle, qu'elle soit salée ou non." il lève son verre dans ma direction "Santé !"

Mhmm je vois ce que tu veux dire Kawaki mais rendons la conversation un peu plus amusante.

"Santé ! Et toi Kawaki, tu es plus eau ou coca, S ou M ?" Après tous qui sait ? Notre colosse national est peut-être aussi un grand masochiste.

"Disons que je suis clair comme de l'eau de roche et bien dans mes bottes, c'est ce qui compte."

Et la réponse est une grande déception, m'enfin je ne sais pas si Yüki supporteras mes penchants sadiques.

"S ou M... Je comprends pas là Nayel." Oh merde j'avais oublié qu'elle est encore pure et innocente, je ne dois pas souiller se diamant d'innocente, en tous cas pas toute suite.

"Ahmmm comment expliquer sa ..." je suis dans la merde, vraiment dans la merde je lui dis quoi putaiiiin "Garde le peux de pureté qu'il te reste Yüki, c'est pour ton bien" On va partir sur l'option de la protection de la pureté de ma Yüki.

"C'est gentil de penser que j'ai très peu de pureté..." Elle est fâchée maintenant mais au moins elle reste encore pure et innocente, le drame a été évité.

"J'ai tendance à penser que de nos jours les gens n'ont presque plus rien de pur"

"Pourtant lorsque je vous regarde, je vois blanc. C'est vide, niais, et fantastique à la fois. Cela se fait rare également" Le géant fixe l'intérieur de sa tasse, s'il savait... s'il savait......

"Ce n'est peut-être que la face cachée de l'iceberg…"

Il relève ses yeux et me regarde "J'ai jeté un froid ?" OH je vois à quoi tu veux jouer !

"Il est glacial" Même Yüki s'y mets ! Attend comment ça Yüki s'y mets ? Je la regarde du coin de l'œil elle fixe la table sûrement encore perdue dans ses pensées de nature très ... chaotique.

Cependant je dois continuer ce petit jeu il faudrait pas que Kawaki s'ennuie.

"Laisse-moi réfléchir à un moyen de briser la chaine du froids"

En vérité j'aime beaucoup ce genre d'enchainement frigorifiant surenchérissons un peu !

"Mais si tu veux je peux te raconter des histoires à t'en glacer le sang en attendant"

Yüki braque son regard sur moi je sais ce qu'elle veut me dire, j'ai merdé.

Encore.

"On ne peut pas parler d'autre chose ?"

Mais Kawaki a visiblement envie d'entendre mes petites histoires.

Désolé Yüki....

"Nayel a raison, les histoires sont souvent intéressantes et pleines de leçons. D'ailleurs, lorsque je vous regarde, il y en a une qui me revient en tête..."

Il se penche vers nous et poursuit.

"Si vous avez du temps devant vous, je peux vous la raconter. Elle est plutôt amusante."

Intéressant, voilà quelque chose d'imprévu, mais pourquoi pas j'aime bien les histoires moi aussi mais celles que j'ai tendance à raconter ne sont pas au goût de tout le monde.

"Si je peux en raconter une après pourquoi pas …" Je me penche moi aussi vers le blond. "Mais la mienne est plutôt tragique"

"Tant que ça ne parle pas d'esprit." Malgré sa tentative louable d'être discrète, je vois le petit regard qu'adresse Yüki à Kawaki, les théories commencent déjà à affluer dans ma tête mais Kawaki est sur le point de commencer son récit et il faut toujours être attentif à ce que dis un conteur.






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)